XIV Chapitre – 1946, Grugliasco (Italia)

09/1946 – 99 Frères participants

Contexte social et politique1

Le XIVe Chapitre général est convoqué alors que le monde était secoué par la Seconde Guerre Mondiale.

Motif de la convocation

Réélu en 1932 pour une période de douze ans, le R.F. Diogène narriva pas au terme de son deuxième mandat. Le 23 février1942, après une assez longue maladie, il expirait à Saint-Genis-Laval (France), redevenu Maison-Mère en 1939.
On ne pouvait songer alors, en pleine guerre mondiale (1939-1945), à réunir le Chapitre général pour donner un successeur au bien-aimé Supérieur général défunt.

Le C. F. Michaëlis, premier Assistant, remplit donc les fonctions de Vicaire général jusquen 1945, où il se démit de sa charge en raison de ses infirmités. Le C. F. Marie-Odulphe assuma alors cette même charge et, la guerre terminée, convoqua, par la Circulaire du 25 décembre 1945, le Chapitre général à Saint-Genis-Laval, sans en fixer la date2. Dans la Circulaire qui suivit, le 24 mai 1946, le C. F. Vicaire général écrivait : « Dans la Circulaire du 25 décembre 1945, je vous ai communiqué la décision du Conseil Général de réunir le Quatorzième Chapitre Général à Saint-Genis-Laval (France) 3 ». Mais depuis, des circonstances imprévues sont survenues avec des difficultés pour visas et voyages, ce qui a obligé les Supérieurs à reconsidérer la question ; et après avoir prié, consulté et mûrement pesé toutes choses, ils ont décidé que le Chapitre général se tiendrait à Grugliasco (Italie) 4.

En vue des élections à ce Chapitre, un indult avait été demandé au Saint-Siège pour obtenir quen plus des vingt sept Provinces alors existantes et qui devaient élire chacune deux députés, les Districts très importants dItalie, dAllemagne et du Chili-Pérou qui auraient pu être érigés en Provinces, sans les événements de la guerre mondiale, fussent représentés au Chapitre Général, chacun deux, par le Frère Visiteur en charge et par un député élu. Il était demandé aussi que la Vice-Province de Nouvelle-Calédonie et le District de Notre-Dame de Lacabane, dont les effectifs étaient moins nombreux, fussent lune et lautre représentés par un seul député élu. Rome, le 12 novembre 1945, avait bénignement accordé la faveur selon la demande5.

Le nombre total des capitulants, élus ou de droit, était ainsi porté à 1016. La date douverture est fixée au 24 septembre 1946. La retraite aura lieu du 16 au 23 ; les capitulants devront donc arriver au plus tard le 157.

Cest donc à Grugliasco que, pour la quatrième fois, allait se tenir le Chapitre Général. Lancienne Maison Mère, lamentablement délabrée par suite des bombardements, de l’occupation par les troupes italiennes et allemandes, des détériorations inévitables causées par les intempéries des saisons pendant de longues années, venait dêtre magnifiquement restaurée, sous lénergique et compétente impulsion du C. F. Euphrosin, Assistant Général, fort entendu en matière de construction8.

Le 16 septembre, à 19 heures, souvrait la retraite préparatoire, prêchée, comme au Chapitre antérieur de mai 1932, par le T. R. P. Hilaire Balmès, Vicaire Général des Oblats de Marie Immaculée lequel, dans son enthousiaste affection pour les Petits Frères de Marie, navait pas hésité à quitter ses importantes occupations de Rome pour venir distribuer aux capitulants de 1946 les trésors de son expérience sacerdotale.

Le quatrième jour de la retraite, une réunion préliminaire eut lieu, pour la vérification des pouvoirs, la désignation des scrutateurs provisoires, et autres formalités requises pour la tenue de lAssemblée capitulaire.

Élections

Le 24 septembre, fête de Notre-Dame de la Merci, le vote du Chapitre se portait sur le C. F. Léonida, Assistant Général, pour assumer la charge suprême de lInstitut comme septième Supérieur Général.

Le lendemain avait lieu lélection des officiers généraux de lInstitut : Assistants, les CC. FF. Marie-Odulphe, Euphrosin, Clément, Jean-Emile, Sixto, Désiré-Alphonse, Paul-Stratonic, réélus, et le C. F. Sebastiani, nouvel Assistant remplaçant le C. F. Michaëlis, ancien Vicaire Général, qui, ne pouvant se rendre au Chapitre vu son âge et ses infirmités, était resté à Saint-Genis-Laval et avait manifesté officiellement le désir de nêtre réélu à aucune charge.
Le C. F. Louis-Marie fut réélu Econome Général, charge quil exerçait depuis 1922, et le C. F. Avit, réélu Secrétaire Général, dont il remplissait les fonctions depuis 1938.

Décisions

Pendant quinze jours, ce furent les travaux des Commissions, comme il a été dit pour les Chapitres antérieurs.

La Circulaire du 8 décembre 1946 donne, en une soixantaine de pages9, les rapports de chacune des Commissions, généralement résumés, car plusieurs ont une étendue considérable ; les Vœux présentés par ces mêmes Commissions et adoptés par lAssemblée capitulaire ; enfin, les Statuts votés par le Chapitre, au nombre de quatorze dont quelques-uns confirment ou complètent des statuts analogues votés par les Chapitres antérieurs.

Dans son rapport, la Commission de la Régularité, se basant sur un travail préparé par le Conseil Général, explique le genre de corrections quil a fallu faire au texte même des Règles communes en vue dune prochaine édition, pour rendre ce texte plus clair ou plus correct, laissant au Conseil Général le soin de mettre au point la rédaction définitive de ces Règles communes avant de les envoyer à limpression.


1 Ce travail s’inspire presque totalement du F. Jules-Victorin Bulletin de l’Institut T. 23, (1958-1959) p. 238-242.

2 Circulaires, T. 19, p. 417.

3 Circulaires, T. 19, p. 429.

4 Circulaires, T. 19, p. 454.

5 Circulaires, T. 19, p. 418-419.

6 Circulaires, T. 19, p. 421.

7 Circulaires, T. 19, p. 455.

8 Bulletin de l’Institut, T. 17, p. 313.

9 Circulares, T. 19, p. 490-557.