20/Nov/2021 MAISON GéNéRALE

La Journée internationale des droits de l’enfant

Les groupes de défense des droits de l’homme ont signalé que des millions d’enfants dans le monde, en particulier les filles, ne jouissent pas de leurs droits. Dans les régions les moins développées du monde, leur éducation est toujours perçue comme ayant moins de valeur que celle des garçons. Cette situation anéantit leurs rêves d’un avenir meilleur. Étant donné que les enfants sont confrontés à la discrimination et à la marginalisation partout dans le monde, l’Assemblée générale (AG) des Nations unies (ONU) a institué, le 14 décembre 1954, la Journée internationale des droits de l’enfant (Journée mondiale de l’enfance) et a adopté sa déclaration en 1959 et la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) en 1989 afin de promouvoir le bien-être et les droits des enfants. Le 20 novembre commémore la date d’adoption de la Déclaration et de la Convention. Les cinquante-quatre (54) articles de la CDE énoncent les droits des enfants et la manière dont les gouvernements sont censés les promouvoir.

Certains enfants qui fréquentent les écoles, les institutions et les ministères dans les pays en voie de développement viennent de foyers où ils sont pris en charge par des parents isolés ou des proches. Leurs familles sont pauvres et n’ont pas accès à une alimentation saine, à des soins médicaux de qualité et aux exigences scolaires. Ils sont marginalisés et exclus des activités scolaires ordinaires si leur condition défavorisée n’est pas prise en compte. La sensibilité et l’attention de Champagnat aux besoins des enfants pauvres et marginalisés l’ont poussé à lutter vigoureusement contre toutes les circonstances qui les empêchaient de jouir pleinement de leurs droits. Il mettait souvent en garde les Frères contre la négligence et les exhortait à « être les anges gardiens des enfants » en étant constamment sur leurs gardes, vigilants et attentifs à leurs besoins.

La Journée mondiale de l’enfance nous offre, à nous, Maristes de Champagnat, une occasion de réfléchir à la défense des droits de l’enfant, de mettre au premier plan les préoccupations des enfants et de souligner leur dignité tout en nous assurant que nos environnements scolaires sont sûrs et dans de bonnes conditions pour eux. Ce faisant, faisons en sorte que les vues du Père Champagnat sur l’éducation des enfants soient le fondement de nos inspirations et de nos actions. Lors de la fondation de l’Institut Mariste, il avait en tête  » quelque chose de mieux  » que d’enseigner aux enfants des matières profanes ou le catéchisme. Il voulait que les Frères fassent des enfants de bons chrétiens et de bons citoyens. En tant qu’éducateurs maristes, nous devons donc être proactifs et veiller à ce que les droits des enfants soient respectés et nous assurer qu’ils se sentent en sécurité dans notre environnement et qu’ils jouissent de leurs droits à l’éducation sans discrimination ni marginalisation. Nous pouvons déterminer leur réussite en les soutenant tous, quel que soit leur milieu socio-économique, si nous agissons simplement dans leur meilleur intérêt. Nous pouvons éliminer les pratiques associées au raisonnement injuste, qui rejette la responsabilité des mauvais résultats des élèves sur leur Famille ou leur milieu socio-économique ou leur culture, au sein de nos écoles, et créer des conditions qui permettent à tous les groupes d’élèves de réussir dans leur apprentissage en leur fournissant simplement l’environnement d’apprentissage favorable dont ils ont besoin pour leur éducation.

La Journée mondiale de l’enfance de cette année a lieu au moment où la vie revient progressivement à la normale avec la diminution des cas de covid et des décès. L’une des leçons que nous tirons de la pandémie est que, en tant qu’êtres humains, nous sommes fragiles et sans défense et que, pour survivre, nous devons être attentifs à notre environnement et aux autres. Nous espérons que cette leçon nous inspirera pour continuer à défendre les droits des enfants et à les protéger.

__________________

Frère Francis Lukong – Secrétariat de la solidarité

RETOUR

Standards et Protocoles pour la Protection de...

SUIVANT

Régionalisation et Mission Mariste de Champa...