31/May/2016 MAISON GéNéRALE

La miséricorde, fondement de la vie et de la mission

Le message de cette année du Supérieur général pour la fête de saint Marcellin, le 6 juin, se situe dans le contexte de la célébration de l’Année Fourvière et du Jubilé de la Miséricorde.

« Champagnat et ses jeunes amis prêtres rêvaient d’une Église au visage marial, c’est-à-dire avec des entrailles de miséricorde », souligne le F. Emili Turú. « Ils rêvaient d’une communauté chrétienne dont la miséricorde serait à la base de sa vie et de sa mission ».

Le F. Felix Donald Banish nous rappelle le geste symbolique du pape, qui appelle à la réconciliation, lors de l’inauguration de l’Année Jubilaire dans la capitale de la République Centrafricaine, en novembre 2015.

En affirmant que la miséricorde donne la vie, le F. Emili a invité deux Maristes de Champagnat (Carole Wark et Giusy Orlando) à parler de leur expérience d’être mère, car elles peuvent nous expliquer la relation évidente, à partir de la racine étymologique du mot hébreu, entre entrailles et miséricorde.

Dans la seconde partie du message, le Supérieur général souligne que l’Année Jubilaire nous invite à être miséricordieux comme le Père, « et à aimer concrètement toutes les personnes, nous laissant toucher par leurs besoins », à ouvrir nos cœurs, comme le demande le pape, « à ceux qui vivent dans les périphéries existentielles, les plus marquées, que le monde moderne a souvent créées de façon dramatique ».

Le F. Emili nous rappelle que de nombreux Maristes vivent déjà cet appel fait par le pape. Dans ce contexte, il offre un espace à deux frères d’Afrique, René M’Bumba Nsasi (République Démocratique du Congo) et Straton Malisaba (Rwanda), pour qu’ils nous rappellent le défi de l’idéal de Marcellin : chercher la proximité des plus vulnérables.

« Nos frères d’Afrique aussi nous rappellent qu’il ne faut pas disposer de grands moyens pour pratiquer la miséricorde. Il suffit d’un cœur sensible et fraternel et d’une grande confiance en Marie, notre bonne et tendre Mère », résume le F. Emili.

Finalement, le F. Supérieur général, en rappelant que le « projet Fourvière » est un projet de miséricorde, remercie pour le don des différentes branches maristes, qui pendant ces 200 dernières années « se sont efforcées d’être présence miséricordieuse du Père, à la manière de Marie. »

Le F. Emili conclut en disant : « Puisse saint Marcellin et le témoignage de tant de Maristes de Champagnat dans le monde entier, nous rendre plus fidèles à l’esprit de Fourvière, plus miséricordieux ! »

Si tu souhaites télécharger la vidéo sur ton ordinateur, tu peux le faire à partir du site http://fr.savefrom.net, en collant dans le champ indiqué le lien https://youtu.be/o5mq11Ej9X0

RETOUR

Évangélisation Mariste en Amérique...

SUIVANT

Juin? Août 2016...