21/Aug/2012 PORTO RICO

Le charisme de saint Marcellin reste vivant

Jusqu'en 2004, dans le quartier « La Vega », à Barranquitas (Porto Rico), il y a eu une communauté mariste pendant 14 ans. Nous étions 4 Frères Maristes qui vivions près des plus démunis.

Notre vie mariste se manifeste dans la Communauté et dans la Mission. Nous habitions à La Vega, parmi les plus démunis, et nous accomplissions notre mission par l'éducation et par l'évangélisation des enfants et des jeunes à l'école publique,  à l'école paroissiale et au sein de la Pastorale paroissiale des jeunes. Un groupe de couples enthousiastes et généreux collaboraient avec nous dans ce mouvement, mais compte tenu des années écoulées, on peut dire que c'est nous qui collaborions avec eux.

Et vous vous demanderez, peut-être : à quoi bon publier cette nouvelle vieille de huit ans ?

Eh bien ! Parce que ceux que nous suivons comme Frères Maristes – Jésus de Nazareth, notre Bonne Mère et le P. Champagnat – ont fait que notre vie partagée laisse des traces et que notre présence marque aussi les vies de ces douze familles d'apôtres laïques parmi les jeunes.

A notre départ, ces familles, saisies par le charisme de saint Marcellin, ont continué de vivre auprès du P. Champagnat. Chaque année, le dimanche le plus proche du 6 juin, lors de la grand-messe paroissiale, ils célèbrent sa fête, et le tableau de notre Fondateur qui, normalement reste accroché à un des murs de l'église, occupe une place d'honneur pour l'occasion.

Quelques jours avant la fête ces familles invitent les frères des deux communautés de Porto Rico : Guaynabo et Manatí. A la fin de la célébration, un frère présent est invité à exprimer les sentiments du moment. Cette année les familles ont voulu faire mémoire de nous qui avions partagé notre vie avec eux.

Puis la célébration s'est poursuivie autour d'une table bien garnie, chez Edwin et Annie, les promoteurs fidèles de cette fête. Ce fut un temps de partage en famille, avec des chants et autres divertissements.

La souffrance vécue chrétiennement n'a pas été étrangère à notre célébration. Quelques membres de la communauté sont touchés par de sérieux problèmes de santé, à travers lesquels ils éprouvent les consolations du Seigneur et la proximité de saint Marcellin.

Je suis rentré dans ma communauté de Manatí, enrichi des expériences et des sentiments vécus, savourés et partagés avec des personnes qui continuent d'apprécier le charisme mariste et qui font jaillir de mon cœur une hymne d'action de grâces. Et … avec l'engagement de prier saint Marcellin pour la guérison des malades.

_________________
F. Francisco Güezmes

RETOUR

Apostolat des jeunes...

SUIVANT

Notre avenir mariste est un avenir de communi...