30/Oct/2008 ARGENTINE

Le frère Seán Sammon clôture la rencontre

Voici la dernière journée de la rencontre du Conseil général avec les jeunes du Brésil et du « Cono Sur ». La matinée a commencé par une prière communautaire inspirée d?un groupe d?indigènes d?Amazonie. Les participants étaient en double cercle autour de l?image de la Bonne Mère qui présidait au centre. Une mélodie d?instruments à vent, sur un rythme apaisant, nous a aidés à créer une ambiance propice et permis à la danse d?accompagner la prière communautaire. C?est dans cette attitude de recueillement et de prière qu?ont commencé les travaux de clôture de la rencontre.

Par petits groupes, tous les participants ont élaboré une synthèse des certitudes qui guident notre vie. La présentation en assemblée a constitué une sorte de credo collectif qui anime les jeunes maristes du Brésil et du « Cono Sur ». Ils ont notamment souligné : « Le charisme mariste est vivant en nous et anime nos vies. Jésus est notre référence, notre fondement, le rocher sur lequel nous avons construit notre existence. Marie est notre compagne de route et Marcellin, l?exemple à imiter. Notre vie est appelée à être vécue en communauté, nous sommes engagés pour le service et la solidarité. Laïcs et frères ensemble, nous souhaitons que les traits caractéristiques maristes de présence, d?esprit de famille, d?amour du travail et de simplicité continuent à marquer nos existences ».

Dans l?évaluation de la rencontre les jeunes ont souligné de manière particulière la présence et la proximité de notre Supérieur général et de tout son Conseil avec les jeunes. « Quand le frère Supérieur général rend visite aux ?uvres et aux communautés maristes, il rencontre des personnes importantes, des dirigeants, des autorités ; aujourd?hui nous l?avons eu avec nous comme l?un d?entre nous. Merci au Conseil général pour la simplicité avec laquelle il nous a accueillis et accompagnés », a déclaré l?un des jeunes. Et un autre s?est adressé aux aspirants maristes qui ont participé à la rencontre et leur a dit : « Pendant ces jours vous avez entendu la voix des jeunes ; que leurs convictions vous soutiennent et vous encouragent ». Un autre a fait observer que nous avons vécu ici les valeurs de la « multiculturalité » et de « l?internationalité ».

Le frère Seán, dans son intervention de clôture, a remercié les jeunes pour « leur présence ici à Luján et pour le partage de leurs espérances, de leurs rêves, de leurs préoccupations, de leur vie de foi et de leur amour pour notre vie et notre mission mariste ».

En guise de synthèse, le frère Seán a souligné quelques « intuitions et idées » que les jeunes ont exprimées au Conseil général : « Vous nous encouragez à lutter contre la peur et les malentendus en créant des temps et des lieux réguliers de dialogue entre frères et laïcs. Vous nous encouragez à une plus grande coresponsabilité dans la mission, à la création de nouvelles communautés mixtes de frères et de laïcs. Et finalement, vous nous invitez à clarifier l?identité du frère mariste et du laïc qui s?approprie le charisme mariste de Marcellin Champagnat.

Les frères Alberto Aparicio et Damián Provens, responsables de la pastorale des vocations de la Province « Cruz del Sur », qui ont eu la responsabilité d?organiser la rencontre de Luján, nous ont offert, au nom de toute l?équipe des animateurs, une image de la Vierge sans visage. La petite statue en terre cuite a été réalisée par l??uvre communautaire Marcellin Champagnat et peinte à la main. Ils ont voulu ainsi inviter chacun des participants à donner à Marie un visage personnel avec sa propre vie.

Le frère Demetrio, Provincial de « Cruz del Sur », dans ses paroles d?au revoir, a déclaré : « J?ai voulu être ici comme Provincial pour dire à la Province que cette rencontre est importante ». Et il a remercié la Province et les frères de la pastorale pour leurs efforts qui ont permis que tout se passe très bien.

En terminant, nous remercions Dieu et la Vierge de Luján d?avoir pu partager pendant quelques jours la vie de tant de jeunes qui, au Brésil, au Pérou, au Chili, en Bolivie, au Paraguay, en Uruguay et en Argentine vivent du charisme de Champagnat. Ils ont été des signes de l?efficacité de la pastorale des jeunes et des vocations que les frères et les laïcs animent dans la Province. Derrière leurs visages et leurs expériences, nous avons senti la vie qui anime les ?uvres maristes et les communautés des frères qui ouvrent leurs portes aux jeunes. Que Dieu continue à bénir cette ouverture spirituelle.

RETOUR

Les écoles maristes et les droits de l?enfan...

SUIVANT

Début des travaux...