28/Nov/2010 BRĂ©SIL

Le projet Ad Gentes

Les reprĂ©sentants des fraternitĂ©s de Porto Alegre et Montenegro se sont retrouvĂ©s pour une information gĂ©nĂ©rale sur le projet, le 20 octobre. Ils Ă©taient accompagnĂ©s par le Fr. JosĂ© Bernardi, coordinateur de quelques fraternitĂ©s du MChFM de la Province de Rio Grande do Sul (BrĂ©sil). La rĂ©union s?est tenue dans la maison de l?un des associĂ©s. Une maison vraiment mariste puisqu?il y avait la statue de la Bonne Mère, celle de Marcellin Champagnat et autres rĂ©fĂ©rences maristes. C?est quelque chose qui impressionne : partout oĂą nous sommes passĂ©s au BrĂ©sil, on pouvait voir des symboles maristes, depuis l?UniversitĂ© jusqu?Ă  l?Ă©cole primaire la plus modeste, depuis les HĂ´pitaux maristes jusqu?aux ?uvres sociales, partout ! Quelqu?un disait, mi-sĂ©rieux mi-blagueur : « le BrĂ©silien est mariste », empruntant un dicton latino-amĂ©ricain : « le Latino-amĂ©ricain est marial ». Un autre corrigeait en disant : « de nombreux BrĂ©siliens sont maristes ». Pour beaucoup c?Ă©tait la première fois qu?ils entendaient parler du projet AG et, pourtant, on ressentait une curiositĂ© naturelle. De quoi s?agit-il rĂ©ellement ?Selon les bonnes habitudes brĂ©siliennes, nous avons fait honneur au « churrasco » et Ă  la « caipirinha » (boisson typique) lors de la sĂ©ance informelle qui a durĂ© de 18 h Ă  1 h du matin ! Il ne fut pas question d?un exposĂ© formel sur le projet, mais d?un Ă©change « autour de la mĂŞme table », animĂ© par le coordinateur AG. Les participants ont eu l?occasion d?exprimer leurs doutes et leurs questions.Une idĂ©e très prĂ©sente au cours de l?Ă©change Ă©tait : « Comment nous, membres des FraternitĂ©s, pouvons ĂŞtre missionnaires et collaborer Ă  la mission AG ? Ce fut alors le moment de rappeler de grandes figures de l?Église ayant, d?une manière ou d?une autre, des liens avec les missions. Certains partent au loin, d?autres sont missionnaires sur les lieux oĂą ils travaillent. Et de citer Saint Paul, Saint François Xavier, des hommes qui ont parcouru le monde, prĂ©cisĂ©ment en mission AG. Mais il a aussi Ă©tĂ© question de Marcellin Champagnat et de la figure universellement connue de Sainte ThĂ©rèse de l?Enfant JĂ©sus qui, sans quitter son couvent, est la patronne des missions. Et qui mettrait en doute le zèle missionnaire de Marcellin Champagnat ?Chacun Ă©tait invitĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  la manière dont il pourrait ĂŞtre missionnaire lĂ  oĂą il habite. Mais en mĂŞme temps l?hypothèse que quelqu?un puisse entendre l?appel Ă  partir au loin n?Ă©tait pas Ă©cartĂ©e. Qui plus est, cette Province de Rio Grande do Sul a eu par le passĂ© et encore aujourd?hui, une grande tradition missionnaire. A titre d?exemple, il a Ă©tĂ© question de l?Angola et du Mozambique : on a fait mĂ©moire de quelques frères extraordinaires du point de vue scientifique et pastoral, aujourd?hui ensevelis sous ces terres : Pasa, Justino, Jovtei, Carlos Tesche. Ce dernier fut l?un des grands artisans de l?UniversitĂ© de Luanda (DĂ©partements de Physique et d?Informatique) et travailleur infatigable dans la propagation de la dĂ©votion mariale sur les terres angolaises. D?autres sont ensevelis au BrĂ©sil, mais ils ont donnĂ© pratiquement toute leur vie Ă  ces terres lointaines : nous rappelions le Fr. Inácio Gregory, qui a passĂ© 44 ans au Mozambique ; le Fr. Antonio Bet, qui a vĂ©cu aussi quelques dĂ©cennies en Angola. Mais il ne faudrait pas oublier deux « gloires » bien vivantes de la Province : le Fr. Cláudio, âgĂ© de 80 ans, travailleur infatigable de l??uvre mariste au Mozambique pendant plus de 35 ans, et le Fr. Firmino, qui a travaillĂ© en Angola et au Mozambique pendant plus de 40 ans. Quels exemples !Une autre idĂ©e qui a surgi pendant le tour de table a Ă©tĂ© la prĂ©sence des laĂŻcs maristes dans la mission mariste. Ce point n?est pas nouveau. Il y a toujours eu des laĂŻcs dans la mission mariste. Parmi les prĂ©sents quelques-uns citaient des exemples bien concrets. La nouveautĂ©, c?est leur prĂ©sence dans AG. Et pourquoi pas ? On soulignait alors le rĂ´le du baptĂŞme comme sacrement et racine de toute la mission. Tout baptisĂ©, ministre ordonnĂ© ou non, peut ĂŞtre appelĂ© Ă  la mission AG. L?exemple très concret Ă©tait le dernier groupe AG (le 7e), qui peut ĂŞtre considĂ©rĂ© comme un « groupe historique » dans l?histoire de la congrĂ©gation mariste. C?est la première promotion oĂą il y avait des « laĂŻcs missionnaires maristes » – ils Ă©taient mĂŞme plus nombreux que les frères : 5 laĂŻcs (4 femmes et 1 homme) et 4 frères.La possibilitĂ© que des laĂŻcs de la Province s?impliquent dans la mission AG Ă  l?avenir, est restĂ©e ouverte. On a rappelĂ© une tradition au BrĂ©sil, interrompue depuis deux ou trois ans, d?envoyer, via la ConfĂ©rence des Religieux de ce pays, trois missionnaires (prĂŞtres et laĂŻcs) pour les missions maristes de l?Angola et du Mozambique. Il serait très utile de « ressusciter » cette tradition. C?est un message Ă  l?intention de l?UMBRASIL (organisme mariste supra provincial qui coordonne les activitĂ©s maristes globales ayant trait Ă  la prĂ©sence mariste au BrĂ©sil).Il s?avère impossible de dĂ©velopper dans ce petit article une conversation qui s?est prolongĂ©e presque pendant sept heures et qui s?est terminĂ©e aux aurores? Pour agrĂ©menter l?Ă©change d?impressions il y a eu les chants bien maristes du Fr. Bernardi qui convenaient Ă  merveille au monde mariste (spiritualitĂ© et mission) et aux FraternitĂ©s du MChFM. Une soirĂ©e conviviale qui a valu vraiment la peine. Elle aurait obtenu une note très Ă©levĂ©e._______________Fr. TeĂłfilo MingaCoordinateur AD GENTES

RETOUR

Une équipe de travail prépare un document...

SUIVANT

Aidez-moi avec votre prière...