05/Sep/2005 SRI LANKA

Le Sri Lanka vu par un journaliste

La convocation de la 7e Conférence générale au Sri Lanka, la Perle de l?Océan Indien, la Reine de Mannar, la Terre Splendide (tout autant d?appellations pour ce pays), m?a incité à faire des recherches pour mieux connaître ce pays mystérieux, ainsi que le grand continent asiatique. J?y ai consacré du temps durant mes vacances. J?ai trouvé par hasard le livre de Georgina Figuiers « Le réveil de lAsie » remarquable par son style synthétique et plaisant, ainsi que par l?abondance de ses statistiques. Ce livre m?a fait parcourir la Chine, Taiwan, le Japon, l?Iran, lInde, lIndonésie, lIraq et même lAustralie. Son métier de journaliste « loblige à être un témoin et à lutter pour avoir accès aux lieux mêmes des nouvelles, à recueillir l?information et, presque sans y réfléchir, à se trouver un coin plus ou moins tranquille pour la rédiger et la transmettre le plus rapidement possible afin d?en avoir la primeur. »

Dans le panorama asiatique offert par l?auteur, le Sri Lanka occupe un petit espace où sont décrits les effets du tsunami (mot japonais que la tragédie a popularisé). Le raz-de-marée a dévasté 75% des côtes de l?île pour devenir la mère de toutes les catastrophes. À partir d?une collection de vignettes décrivant le tsunami, l?auteur nous explique comment cette catastrophe a affligé léconomie et la vie quotidienne des habitants de Panadura, Trincomale, Galle, Negombo, Nilaveli et Ahagama..

La flotte de pêche du Sri Lanka a été détruite à 70%. La plupart des morts et des disparus du pays se comptent parmi les 200.000 pêcheurs et leurs familles. Les 100.000 autres familles qui vivaient comme armateurs, fabricants de filets, commerçants, mécaniciens, etc. et qui résidaient le long de la côte ont également souffert de grandes pertes personnelles et économiques.

Negombo, situé à environ 40 km au nord de Colombo, est le lieu de la 7e Conférence générale mariste et est l?un des principaux centres de pêche du Sri Lanka, au milieu de la côte occidentale de lîle. On n?y a déploré aucune perte de vie humaine, mais après la catastrophe, son aspect était désolant. Dans la grande lagune naturelle qui sert de port, on pouvait voir émerger plusieurs proues et poupes de navires qui avaient été endommagés par le raz-de-marée ; ils avaient été projetés contre le pont qui traverse la lagune ou propulsés les uns contre les autres.

Comparativement aux pêcheurs de la côte orientale, ceux de Negombo sont presque heureux. Dans beaucoup de villages, comme à Velur, on n?évalue même pas les pertes puisque le tsunami a tout emporté, y compris des familles entières, surtout des femmes et des enfants. En beaucoup d?endroits, seule la mosquée ou l?église est demeurée debout, ce qui fait naître des superstitions. Plus de 80% des pêcheurs du Sri Lanka sont catholiques et les autres, surtout sur la côte orientale, sont musulmans.

La flotte du Sri Lanka se composait de 29.694 bateaux, dont seulement environ 1.500 avaient plus de 10 mètres de long. Il y en avait aussi 1.500 autres de neuf à dix mètres de long et environ 11.000 en fibre de verre, de cinq à huit mètres de long. Le reste ne comprenait que de petites embarcations à voiles ou d?autres types.

Selon le Ministère de la Pêche et des Ressources océaniques, en 2003, on a pêché 300.000 tonnes de poisson au Sri Lanka, dont 15.690 tonnes de thon, de requin, de sole et de crevettes roses ont été exportées, surtout vers l?UE, le Japon et les États-Unis. Le reste a été consommé localement. La plupart des habitants de lîle sont de grands consommateurs de poisson, mais depuis la catastrophe, ce produit est rejeté. Personne ne veut acheter un poisson que l?on dit « nourri des morts. »

Seulement trois ports ont échappé à l?action destructrice du tsunami : Kalpitiya, au nord-ouest, et ceux proches de Colombo : Mutual et Chilaw. Pour ces ports, le grand souci est de vaincre la superstition qui veut que les morts aient souillé les eaux de lOcéan Indien. Si on continue à refuser de consommer le poisson, le pire reste à venir.

RETOUR

Fin prêt pour la 7e Conférence générale...

SUIVANT

L?HĂ´tel Goldi Sands, maison mariste pour un ...