23/Déc/2020 CHILI

Le Vicaire général souligne que l’éducation, c’est : « écouter, comprendre, proposer »

« En tant que société, en tant que Maristes, ne nous laissons pas déposséder de l’école. L’école a une valeur en soi qu’il faut voir à partir de la racine éthique de ce que signifie éduquer. Je crois fermement que nous avons un énorme défi non seulement pour ce siècle-ci, mais aussi pour les siècles à venir » a affirmé le F. Luis Carlos Gutiérrez, Vicaire général, lors de sa participation au 3e Séminaire d’Apprentissage-Service (A+S), organisé par le Secteur Mariste du Chili, en lien avec la Province Mariste du Mexique Central et du Réseau Cœur Solidaire, sous le thème : « Connecte-toi à A+S : une réponse pédagogique en temps de crise ».

A+S est une méthodologie qui permet de lier les contenus de programmes avec des actions de service social. Il se traduit en projets qui combinent le but pédagogique avec des objectifs de solidarité. Ont participé à cette rencontre, faite via Zoom, des frères et des laïcs éducateurs du niveau préscolaire au niveau universitaire de différents pays de la Région de l’Arco Norte, d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. Le Séminaire visait à identifier et à analyser la méthode active Apprentissage-Service, à mettre en valeur l’expérience de A+S et à intégrer les valeurs de solidarité et de responsabilité sociales/civiques chez les étudiants.

Dans son exposé, le F. Luis Carlos Gutiérrez a abordé le thème « Défis de l’éducation scolaire au XXIe siècle »; Xus Martín (docteure en pédagogie) a traité de la question « Pourquoi A+S en ces temps de crise? »; Valeria Roméro (éducatrice mariste) a parlé du « Travail en groupes de réflexion : Réponses aux problématiques sociales à la lumière de A+S »; Chantal Jouannet (psychologue) a exposé « A+S, une co-construction de nouvelles réalités ». En plus des exposés, 18 ateliers et projets ont été réalisés dans lesquels sont intervenus des facilitateurs du Mexique, du Chili, d’Argentine et de Bolivie.

Présentation du F. Luis Carlos Gutiérrez

Le Vicaire général de l’Institut Mariste a souligné qu’on ne peut pas parler de l’école et de l’éducation en ce XXIe siècle « sans entendre les cris des enfants et des jeunes qui frappent à nos portes, de l’intérieur et de l’extérieur de nos écoles. Et la question que j’aimerais vous poser à vous qui pariez sur ce service, et à moi-même : « Écoutons-nous? Comprenons-nous ces cris? Proposons-nous quelque chose? Je crois que c’est fondamental. Et la méthodologie à laquelle nous sommes maintenant confrontés est de ‘écouter, comprendre, proposer’ ce qui constitue un changement d’attitude important dans notre façon aujourd’hui de répondre aux besoins de nos communautés et aux besoins des enfants. »

En parlant de l’avenir des écoles, le F. Luis Carlos a signalé que « l’éducation à distance, en ligne ou à domicile est arrivée pour rester : ce n’est pas le résultat de la pandémie seulement. Dans certains milieux, les professeurs d’un centre commencent à partager leur enseignement avec des compagnons d’autres centres. Et les élèves participent à des possibilités de suivre d’autres professeurs. Et nous devons faire preuve de clairvoyance à ce sujet et être plus sectorisés. » Avant de terminer sa présentation, le F. Luis Carlos a affirmé : « C’est certain que l’histoire nous a changés, mais nous pouvons, nous aussi, changer l’histoire, et c’est ce que nous voulons faire. Voyez, sur ce site, l’intervention complète sur « Défis de l’éducation scolaire au XXIe siècle ».

Espace digital

La rencontre fut également l’occasion de présenter la page web de A+S, un espace digital qui permettra de partager des témoignages, des ressources, des planifications et des projets d’apprentissage pratique, permettant de relier les éducateurs d’Amérique avec le défi de continuer à tisser un réseau grâce à la formation à la solidarité et aux droits humains.

RETOUR

Message de Noël du Frère Ernesto, Supérieu...

SUIVANT

Retraite pour Frères et laïcs en Amérique ...