10/Août/2020 MAISON GéNéRALE

Le volontariat mariste ne s’arrête pas en période de pandémie

En ce temps de pandémie, le volontariat mariste, tant au niveau provincial qu’interprovincial, a subi un fort impact. Plusieurs volontaires ont dû interrompre leur mission et certains d’entre eux ont dû retourner dans leur pays d’origine. D’autres ont continué leur volontariat malgré le coronavirus.

Par ailleurs, en réponse à la crise sociale et humanitaire provoquée par la pandémie, de nombreux maristes, avec créativité et motivation, n’ont pas laissé s’éteindre l’esprit de solidarité en développant de projets avec créativité et motivation et en étant attentifs aux plus délaissés.

Dans les jours qui viennent, nous présenterons quelques initiatives mises en place dans différentes parties du monde, conscients qu’il ne s’agit là que de quelques-unes des nombreuses activités qui ont été réalisées.

Australie

Patrick Cooke et Brad Murphy, volontaires internationaux de la Province d’Australie, ont effectué un stage de trois mois à Genève jusqu’à la fin novembre 2019. En tant qu’avocats, ils ont concentré leur travail de collaboration sur la rédaction d’un rapport destiné au Conseil des Droits Humains de l’ONU dans le cadre de l’Examen Périodique Universel (EPU) de quatre ans (3e cycle) sur le bilan de l’Australie en matière des droits humains.

Le rapport mariste portait sur les demandeurs d’asile en Australie, et de façon plus particulière sur ceux qui arrivaient comme mineurs non accompagnés.

En travaillant en lien avec le F. Ángel Diego Garcia, Directeur du Secrétariat de Solidarité de l’Administration générale, ils ont réussi à présenter avec succès l’EPU au Conseil des Droits Humains de l’ONU, et maintenant, l’examen proprement dit aura lieu en janvier 2021.

C’est le résultat d’un long et patient travail qui n’a pas été empêché ni interrompu par la pandémie.

Compostelle

Ce témoignage nous vient de María José Rodríguez, une volontaire de SED León, Province de Compostelle. Durant la pandémie, María José a participé à la confection de masques de solidarité pour l’association  ASPACE (Association pour la prise en charge de personnes atteintes de paralysie cérébrale et d’encéphalopathies connexes).

« Durant ces jours de pandémie, j’ai été davantage motivée dans mon volontariat en le faisant de manière adaptée, non seulement pour poursuivre les objectifs visés par ce cours, mais aussi pour apporter notre aide à ceux qui pouvaient en avoir besoin. Actuellement, notre aide est encore plus nécessaire. Nous ne pouvons pas nous arrêter alors que nous pouvons faire quelque chose pour l’autre ».

RETOUR

F. Orlando Escobar nommé Provincial de Noran...

SUIVANT

Message du Supérieur Général aux Maristes ...