17/Jan/2022 BOLIVIE

Les entités maristes élèvent la voix pour défendre la préservation de l’environnement

PDF: English | Español | Français | Português | Italiano

Plusieurs organisations de l’Institut mariste, dirigées par la Fondation Mariste pour la Solidarité Internationale (FMSI), ont publié une lettre dans laquelle elles expriment leur préoccupation face aux incendies qui se poursuivent en Bolivie et à la menace que représente pour notre maison commune la déforestation des forêts tropicales.

Les Maristes de Champagnat en Bolivie, appartenant à la Province de Sainte Marie des Andes, essaient d’insérer des espaces de formation et d’action dans le domaine éducatif des œuvres de la congrégation dans le pays. De ce contexte naît l’intérêt de créer des canaux de réflexion et de dénonciation, mettant en pratique une des priorités institutionnelles indiquées par le dernier Chapitre Général : « Éveiller en nous et autour de nous une conscience écologique qui nous engage à prendre soin de notre maison commune ».

Outre FMSI, la lettre reproduite ci-dessous a été signée par le Secrétariat de Solidarité de l’Institut, le Réseau Cœur Solidaire, le Groupe Thématique Écologie intégrale et soin de la maison commune, le Secteur Mariste Bolivie, le Conseil Consultatif des Étudiants Maristes et l’Équipe Solidaire Mariste Bolivie.

PDF: English | Español | Français | Português | Italiano

13 janvier 2022

Ref : Déclaration sur les incendies dans les zones protégées

S’adressant à l’opinion publique locale, nationale et internationale :

La Fondation Mariste de Solidarité Internationale (FMSI) avec représentation à l’ONU, ainsi que d’autres institutions maristes d’Amérique, cosignataires de cette lettre, s’adressent respectueusement à l’opinion publique et aux autorités locales, départementales et nationales de l’État plurinational de Bolivie.

Nous souhaitons exprimer notre préoccupation face aux incendies continus qui se produisent dans différents départements de Bolivie, en particulier dans la région de Chiquitania, dans le parc Madidi, dans le parc national Tunari et dans la zone entourant la lagune Alalay, et souligner le danger qu’ils représentent pour notre maison commune et notre Terre Mère.

Partageons quelques chiffres récents qui illustrent l’ampleur du problème :

  • La Bolivie fait partie des Pays ayant le taux de déforestation tropicale le plus élevé de la région et du monde. En 2020, la Bolivie a perdu près de 300 000 hectares de forêt tropicale, soit le « quatrième taux le plus élevé au monde ». [1]
  • Plus de 3,4 millions d’hectares de zones brûlées accumulées ont été détectés en 2021 au niveau national pendant la période du 1er janvier au 15 octobre.[2]   Près de 95 % de ces zones touchées appartiennent aux départements de Beni et de Santa Cruz.
  • Selon les estimations, l’incendie, qui brûle depuis un mois, a jusqu’à présent consumé plus de 450 hectares de forêt dans les zones protégées de la réserve de biosphère et des terres communales de Pilón Lajas, mettant en danger le parc national de Madidi.[3]
  • Le 24 octobre, un incendie majeur dans le parc national Tunari a brûlé environ 650 hectares de forêts indigènes de kewiña, de plantations de pins et d’eucalyptus. Il a également brûlé des cultures appartenant aux communautés d’Andrada, Tirani, Pacoya et Ornonipampa.[4]
  • Le 26 octobre, un autre incendie destructeur autour de la lagune d’Alalay, dans la ville de Cochabamba, a provoqué une catastrophe environnementale. Environ 40 hectares ont été consumés en neuf heures, détruisant la zone de nidification d’un large éventail d’oiseaux migrateurs et non migrateurs, les espèces les plus touchées étant les bihoreaux, les aigrettes garzettes, les mouettes et les canards ; les cendres ont compromis la qualité de l’eau et le feu a rasé les roselières et les prairies. Les énormes dégâts laissés sur place étaient visibles : nids brûlés, restes carbonisés de lapins, reptiles et autres animaux.[5]   Il faut savoir que la lagune d’Alalay abrite plus de 60 espèces d’oiseaux, indigènes ou migrateurs. Elle abritait également des poissons tels que le platincho, qui a disparu en 2016.

Ces dernières années, des événements sur cette question fondamentale – tels que le sommet sur le climat COP26 qui s’est tenu à Glasgow, en Écosse – ont eu lieu et des solutions diplomatiques au problème sont recherchées. Plus de 100 dirigeants mondiaux se sont engagés à mettre fin à la déforestation d’ici 2030 en signant une déclaration commune.  Nous sommes préoccupés par le fait que l’État bolivien n’est pas signataire de ce document, c’est pourquoi il est si urgent d’attirer l’attention sur la situation actuelle en Bolivie.[6]

À la suite de cet événement mondial, nous soutenons fermement la déclaration[7] signée par 40 000 jeunes, qui exigent un changement de la part des décideurs, reconnaissant que les jeunes sont la génération la plus menacée par le changement climatique et appréciant le rôle important qu’ils jouent dans le monde entier en sensibilisant et en proposant des solutions innovantes sur la manière de traiter cette question. Nous cherchons donc à assurer leur participation continue, en rappelant qu’ils sont encore sous-représentés dans les processus de consultation et la mise en œuvre des politiques et initiatives liées à cette question.

Nous sommes également d’accord avec les déclarations d’Alok Sharma, président de la COP26 : « Partout où je suis allé dans le monde, j’ai été impressionné par la passion et l’engagement des jeunes en faveur de l’action climatique. Les voix des jeunes doivent être entendues et reflétées dans ces négociations ici à la COP. Les actions et l’examen des jeunes sont essentiels pour maintenir l’objectif 1.5 en vie et créer un avenir sans émissions ».[8]   Le thème de l’écologie intégrale et du soin de la maison commune est important pour l’Institut mariste. En Bolivie, nous cherchons à intégrer des espaces de formation et d’action dans le programme éducatif de nos œuvres, d’où notre intérêt à soutenir des moyens de réflexion et de dialogue critique là où notre coresponsabilité sociale l’exige.

Sans élaborer davantage, nous vous remercions par avance de votre attention et des actions que l’État, les gouvernements départementaux et municipaux et la société civile pourront proposer pour résoudre ce problème.[9] Nous vous adressons nos salutations les plus chaleureuses.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués,

  • Secrétariat de la Solidarité
  • Réseau Corazón Solidario
  • Groupe d’écologie intégrale et de soins pour notre maison commune
  • Secteur Mariste Bolivie
  • Conseil Consultatif des Étudiants Maristes
  • Équipe de Solidarité Mariste Bolivie
  • Fondation Mariste de Solidarité Internationale (FMSI)

PDF: English | Español | Français | Português | Italiano


[1] “Bolivia among the countries with major deforestation in the region and the world”: https://www.lostiempos.com/actualidad/pais/20211105/bolivia-paises-mayor-deforestacion-bosques-region-mundo  Published 5 November 2021 using figures from Global Forest Watch.  

[2] “Assessment of burned areas in Bolivia”: http://incendios.fan-bo.org/Satrifo/areas-quemadas-oct-2021/  Monitoring and early warning for forest fire risk (SATRIFO). October 2021. 

[3]  “Fire spreads in Pilón Lajas and threatens the Madidi area”: https://www.eldiario.net/portal/2021/11/03/fuego-se-propaga-en-pilon-lajas-y-amenaza-al-madidi/  Published 3 November 2021.

[4] “Environmental attack damaged kewiñas and warnings that Tunari is being parcelled out”:

 https://www.lostiempos.com/actualidad/cochabamba/20211026/atentado-ambiental-dano-kewinas-alertan-que-parcelan-tunari  Published 26 October 2021

[5] “Fire in Alalay causes environmental disaster and devastation of 40 hectares”: https://www.lostiempos.com/actualidad/cochabamba/20211028/incendio-alalay-causa-desastre-ambiental-devasta-40-hectareas  Published 28 October 2021

[6] Declaration by Glasgow Leaders on Forests and Land Use: https://ukcop26.org/glasgow-leaders-declaration-on-forests-and-land-use/  November 2021 

[7]  YOUTH4CLIMATE MANIFESTO: https://www.mite.gov.it/sites/default/files/archivio_immagini/Y4C_COP-PRECOP/Youth4Climate%20Manifesto%20%281%29.pdf  November 2021 

[8] Young people descend on COP26 and Glasgow to demand action on climate change: https://news.un.org/es/story/2021/11/1499642  Published 5 November 2021

[9] Declaration by Glasgow Leaders on Forests and Land Use: https://ukcop26.org/glasgow-leaders-declaration-on-forests-and-land-use/  November 2021 

RETOUR

Retraite provinciale du Mexique Occidental...

SUIVANT

La Province de Compostelle relance un Plan d'...