06/Août/2020 KENYA

Les frères étudiants du MIC et du MIUC continuent à étudier malgré le COVID-19

En raison de la pandémie du COVID-19, qui a également touché les systèmes éducatifs à Nairobi (Kenya), les frères étudiants de 4e année du MIC (Marist International Center) font face à l’une des expériences les plus difficiles et les plus frustrantes car, à cause de du COVID-19, ils ont dû reporter leurs examens finaux de formation professionnelle. De plus, ils ne peuvent pas passer par l’expérience de la pratique de l’enseignement et retourner dans leur province respective pour embrasser le véritable apostolat d’un frère mariste.

Le MIC est le centre de formation post-noviciat pour les frères maristes d’Afrique et de Madagascar. Les étudiants du MIC 2019-2020 viennent des cinq unités administratives du continent. Aujourd’hui, la communauté est composée de 74 frères en formation accompagnés de 10 formateurs.  Les frères vivent dans la communauté du MIC et étudient au Marist International University College (MIUC).

Malgré les difficultés, les frères du MIC ne sont pas inactifs. L’équipe de formation a organisé quelques cours en attendant de passer leurs examens finaux, de faire leur stage d’enseignement et de retourner dans leur province respective. Les cours sont les suivants : leadership spirituel et animation de retraites ; comptabilité et enseignement en ligne.

D’autre part, en raison du coronavirus, le programme trimestriel du Marist International University College (MIUC), normalement prévu de mai à juillet, a été déplacé de juin à août lorsque les étudiants passent le diplôme d’études religieuses.

Pour faciliter l’apprentissage et suivre les instructions du ministère de l’éducation, le MIUC utilise actuellement une plateforme d’apprentissage numérique de pointe. Les cours magistraux sont dispensés à domicile, en direct et en ligne, et les étudiants partagent leurs notes de cours, leurs devoirs, leurs évaluations et d’autres contenus numériques en ligne.

RETOUR

"Solidarité qui réchauffe" : un site qui pe...

SUIVANT

Explosion à Beyrouth : le drame continue, ma...