Lettres de Marcellin 038

Marcellin Champagnat

1834

Monsieur Douillet Ferréol très dévoué, mais à sa manière, au Père Champagnat, ne maquait pas une occasion de lui susciter des vocations. Sans doute avait-il contacté un jeune homme auquel il proposait, pour éprouver sa vocation, de faire la cuisine des Frères pendant quelque temps. Le Père Champagnat soppose à cette solution.
Pour la date de cette lettre, voir ce qui est dit à propos de la précédente.

Monsieur Douillet,

Je ne vois pas pour quelle raison nous dérangerions de nouveau la cuisine de La Côte. Nos frères doivent dans tous leurs établissemens faire leur cuisine. Pouquoi une exception pour celui de La Côte? Loccasion que vous avez trouvée est sans pareilles. Je pense, ainsi que nos frères que je viens de consulter, quil ne faut pas nous y arreter, vu quil seroit impossible de continuer sur ce pied. Vous savez combien nos établissemens sont nombreux; vous savez aussi que nos frères aiment peu faire la cuisine, si nous permettons une fois quun étranger la fasse personne ne voudra plus la faire. Voila la principale raison. Nous en avons bien dautres que je passe sous silence.

Si le jeune homme a toutes les qualités requises, quil entre dans la maison comme novice et quil donne, en sinstruisant, quelque coup de main à la cuisine. Cest la décision des frères que jai réuni pour cela.

Nous sommes dans une entière impossibilitĂ© de faire de nouveaux Ă©tablissemens. Je vous prie de dire a…

Édition: Lettres de Marcellin J. B. Champagnat (1789-1840) Fondateur de l?Institut des Frères Maristes, présentés par Frère Paul Sester. Rome, Casa Generalizia dei Fratelli Maristi, 1985.

fonte: Daprès la minute AFM, 132.1, p. 25

RETOUR

Lettres de Marcellin 037...

SUIVANT

Lettres de Marcellin 040...