29/Déc/2004 SRI LANKA

« Nous avons été durement touchés, mais nous navons pas le temps de pleurer »

Préoccupation, consternation et douleur… Néanmoins, pour les églises de la région, détruites par le tsunami, et pour les missionnaires qui y travaillent, c?est aussi le temps de la solidarité et de la mobilisation en faveur des populations les plus atteintes. La préoccupation actuelle est pour les survivants qui courent le risque de devenir eux-mêmes victimes d?épidémies de typhus, de diarrhée et d?hépatite, lesquelles se développent en pareilles circonstances. Il ne faut cependant pas oublier les morts qu?il faut enterrer rapidement. Les dommages aux bâtiments des églises sont généralement limités, mais dans certains diocèses les communautés chrétiennes ont été durement touchées. En beaucoup d?endroits, les évêques, les missionnaires et les religieux se chargent d?organiser laide, afin dassister surtout ceux qui sont sans maison ou, pire, sans famille.

Le Conseil général est en contact avec les frères du Sri Lanka, de l?Inde et de la Malaisie et a appris que leurs familles étaient indemnes. Nous sommes en communion avec les gens du Sud-Est asiatique, surtout avec ceux qui ont perdu parents et biens dans cette tragédie.

Reportage photographique

RETOUR

Spiritualité et éthique : un défi pour la ...

SUIVANT

Sois vainqueur du mal par le bien...