29/Déc/2011 FRANCE

Pèlerinage aux lieux maristes

Notre pèlerinage (du 31 octobre au 12 novembre 2011) n’avait pas pour but essentiel de découvrir des choses nouvelles. Plusieurs pèlerins du groupe auraient alors retiré très peu d’avantages de cette expérience puisque la plupart avaient déjà visité les sites maristes de fondation. L’objectif était donc plutôt de se reconnecter à la vie spirituelle des anciens qui ont inspiré nos vies, de raviver les souvenirs d’autrefois, d’exprimer par la prière notre gratitude à Dieu et à Marie pour les fondations solides posées sur le roc par notre Fondateur et ses premiers Frères.

Avec ces motivations à l’esprit, l’après-midi du 31 octobre, nous, Frères d’âge mûr, nous nous sommes envolés de Rome à Lyon pour la première étape de notre pèlerinage de douze jours dans la région de nos fondations maristes. A notre arrivée, nous avons été accueillis par notre fidèle et jovial chauffeur Claude et son épouse Denise qui nous ont conduits à Belley, à l’est de Lyon. Tôt, le lendemain matin, nous nous sommes rendus, à travers un épais brouillard, jusqu’à Genève, en Suisse, où le Frère Jim Jolley nous a présenté le travail de la Fondation Mariste pour la Solidarité internationale (FMSI) et expliqué comment, au nom des Frères Maristes, il travaille, grâce aux Nations Unies, à promouvoir les droits des enfants dans le monde. L’après-midi, nous avons fait la visite du Quartier Général des Nations Unies, à Genève.

Le lendemain, nous avons quitté notre hébergement à Belley, ancien séminaire de 1830, récemment rénové, pour visiter « Bon Repos », maison voisine des Sœurs Maristes. Nous y avons chaleureusement été accueillis par les Sœurs Teri O’Brien (Canada) et Marie Chalacombe (Angleterre), qui nous ont très habilement fait revivre l’histoire de la fondation des Sœurs Maristes ainsi que les luttes de Jeanne-Marie Chavoin qui cherchait à réaliser son projet concernant la fondation des Sœurs. Notre messe commune a été un grand moment d’émotions. Eut lieu ensuite un piquenique à l’extérieur de la maison des Sœurs, assis au soleil et goûtant la nature environnante.

Après le déjeuner, nous avons visité l’école portant le nom du poète Lamartine où les premiers Pères Maristes ont vécu et enseigné, avec le Père Colin comme Directeur, et exercé leur mission dans les montagnes du Bugey sauvage. Nous sommes montés à l’étage le long du couloir où les prêtres avaient leur chambre et sommes allés ensuite à la Capucinière , lieu de l’ancienne chapelle – utilisée aujourd’hui comme salle de catéchèse – et où les Maristes, dont Marcellin Champagnat, ont fait leurs premiers vœux dans la Société de Marie. Nous avons-nous aussi, Frères et Sœurs Maristes, renouvelé ensemble nos vœux en nous souvenant de ce même engagement de nos premiers Pères Maristes.

C’était la saison des brumes et pendant presque tout notre séjour en France, nous avons fait l’expérience du brouillard mais aussi de la beauté stupéfiante de la campagne, surtout le jour où nous sommes partis de Belley en suivant la vallée du Rhône. C’était au milieu de l’automne et le moment où le vert de la vallée et les couleurs des arbres qui recouvraient les collines environnantes étaient le plus vifs. Une courte halte nous a permis d’admirer les eaux cristallines de la spectaculaire cascade du Glandieu. Nous traversons des villages dans lesquels de splendides maisons rectangulaires construites en pierre, laissaient paraître les modifications effectuées au cours des siècles, des villages qui s’égrenaient le long d’une route étroite, villages silencieux qui semblaient sans vie. En traversant Vienne (et autres lieux) on observait un changement de la langue anglaise évident dans les enseignes des magasins nous invitant dans les bonbonneries, chocolateries, saladeries et sandwicheries. Nous sommes enfin arrivés à notre lieu de séjour pour les dix prochains jours : Notre-Dame de l’Hermitage. Nous avons été accueillis par la communauté aux différentes nationalités, constituée de Frères Maristes et de Laïcs, avec le Frère Benito Arbués, ancien Supérieur Général, et le Frère Neville Solomon, ancien professeur d’histoire et Directeur du Collège Mariste d’Ashgrove, Australie, qui partage désormais son expérience de l’histoire mariste avec les visiteurs, spécialement avec les anglophones. Il n’y a qu’une seule communauté résidant à l’Hermitage maintenant et sa mission est d’être au service des visiteurs et des pèlerins.

La transformation du bâtiment de cinq étages construit par Marcellin, après quelques rénovations, est surprenante. La zone centrale ouverte autrefois a été fermée. Des suites spacieuses sont chauffées et possèdent un téléphone. Deux ascenseurs sont disponibles, mais il y a deux escaliers pour les plus agiles, l’un de 95 marches usées par un nombre incalculable de Frères pendant plus de 190 ans, et un autre de 86 marches. La chambre de Marcellin a été ouverte sur un côté pour permettre des rencontres de prière. Un nouveau musée mettant l’accent sur Marcellin et sur Frère François a été installé ainsi que diverses salles de rencontre de différentes contenances, trois chapelles, le service internet, une boutique de souvenirs, un espace de réception, une confortable salle de télévision et divers autres services, cet ensemble paraît plus que suffisant pour la plupart des besoins. A moins d’être informé, le visiteur peut ne pas se rendre compte que le système d’informations sur panneaux concerne un bâtiment de près de 200 ans d’âge. L’aile du scolasticat construite dans les années 1900 a aussi été rénovée. La nouvelle salle à manger avec salle de conférence au-dessus, près de l’entrée, est reliée au bâtiment principal par une passerelle couverte, au dessus du Gier. Une société fournit des repas variés et savoureux avec le menu affiché pour chaque semaine.

De merveilleux souvenirs nous accompagneront pour longtemps avec Marlhes, Le Rosey, La Valla, Maisonnette, la ferme des Donnet – le « Souvenez-vous dans les neiges » -, Fourvière, St Genis Laval, les restes de la Maison Montagne, le Puy-en-Velay, La Louvesc et la Neylière, ainsi que tous les lieux si sacrés pour Marcellin et les premiers Maristes, Pères et Sœurs. Des souvenirs particuliers nous reviennent à l’esprit : l’appel à s’asseoir autour de la table de La Valla ; les temps de prière dans la chambre de Marcellin ; le recueillement devant les tombes des Frères Louis, Laurent et Stanislas ; notre engagement à Fourvière ; la vue depuis Fourvière sur la ville de Lyon sous les nuages (on ne voyait aucun édifice) ; l’escalade de la rude montée en terrain volcanique (82 m) jusqu’à la chapelle St Michel de l’Aiguihe au Puy-en-Velay ; l’image de la vallée dans laquelle Marcellin s’est perdu dans la tempête de neige ; la minute de silence le 11/11/11 ; l’observation inquiète et dans l’espérance, de la façon dont Claude enfilait son grand bus dans le chas d’une aiguille ; l’écoute de Denise chantant son aria, « Sainte Claire, suspends la pluie » !

Et chacun de nous gardera d’autres souvenirs supplémentaires.

 

Depuis le temps de préparation de cet événement, avant de quitter Manziana, la notion de pèlerinage a été longuement martelée par notre animateur le Frère BARRY Burn. Nous n’étions pas un groupe de touristes. En dehors de la visite au Puy, nous avons eu peu de contacts avec les boutiques et peu d’autres distractions pour nous détourner de notre objectif déclaré. Dans la prière, nous avons exprimé nos pensées et sentiments selon les lieux et les moments. Nous avons réentendu les histoires de nos premières traditions qui soutiennent nos idéaux et nos valeurs, et nous avons réalisé qu’ils avaient servi à nous unir. Racontées dans le contexte de leur origine, ces histoires, bien qu’entendues déjà sous d’autres formes, ont été reçues avec une sensibilité et une admiration plus fortes que lorsque nous les avons entendues chez nous. Le pèlerinage en France a été une expérience qui nous a permis d’approfondir notre spiritualité, une expérience qui sera pour nous source d’inspiration dans ces années fécondes de nos vies.

_______________________
Frères Jim Norton et Bill McCarthy

RETOUR

Constitution d?Associations des Anciens Élè...

SUIVANT

Le rôle prophétique du frère Mariste aujou...