31/Jan/2006 MAISON GéNéRALE

Publication de la « Méthode de lecture » du Père Champagnat

Le numéro 22 des Cahiers maristes vient de paraître avec trois études et un document. Les études sont les ?uvres des Frères Edward Clisby, Aureliano Brambila et Paul Sester, tous collaborateurs réguliers des Cahiers.

Le travail du Frère Edward Clisby, Frères Maristes et Maoris en Océanie, se situe dans la ligne de son travail précédent L?éducateur mariste en Océanie de 1836 à 1870 qui nous présentait des caractéristiques de l?éducation dans cette région.
Le travail qu?il nous présente maintenant est un résumé mis à jour de lhistoire des relations des Frères Maristes avec les Maoris. Commencé en 1996 à la demande de la Province de la Nouvelle-Zélande et complété en 1999, le travail du Frère Clisby a été publié en 2001 sous le titre Les Frères Maristes et les Maoris : 1838 – 1908. Sa lecture nous apprend que ce qui est arrivé dans ces terres éloignées « n?était pas si simple. Dans les premières années la pauvreté des missionnaires catholiques, leur manque de ressources et d?aide dans un environnement protestant, le soutien qu?ils ne pouvaient puiser que dans les ressources financières de l?autre bout du monde? » (p 13)

Frère Aureliano Brambila, avec le style auquel il nous a déjà habitués, reprend les passages les plus significatifs de la circulaire du Frère Basilio sur lobéissance (1975) dans un article intitulé Frère Basilio Rueda et l?obéissance. Frère Basilio « a admirablement su profiter de la plate-forme des Circulaires dont dispose un Supérieur général. Elles sont magistrales, volumineuses, remplies didées, comme le demandait ce moment difficile, où moins les coutumes que les mentalités étaient en crise. Une de ces Circulaires a traité de l?obéissance religieuse. » (p 27)

Frère Paul Sester a intitulé son étude M. Champagnat et les finances. Au début de son travail, il affirme : « L?étude de la gestion financière de l?Institut du vivant du Père Champagnat nest pas une tâche facile. Les écritures à ce sujet n?ont pas été tenues correctement. Les livres de compte encore existants mêlent les finances avec d?autres affaires diverses et ne sont pas strictement suivis, laissant des vides parfois de plus d?une année. » (p 49) Mais il ajoute par la suite : « Lintérêt d?une telle étude en est d?autant plus grand qu?en plus des travaux sans cesse en cours à N.-D. de l?Hermitage, elle va révéler le caractère entreprenant de M. Champagnat malgré les difficultés financières en particulier dont son entreprise était semée. » (p 53)

Ce numéro des Cahiers maristes contient aussi les Nouveaux principes de lecture à l?usage des Frères de Marie, connus aussi sous le nom de la méthode de lecture composée par Marcellin et ses frères. Le document est introduit par un travail du Frère Maurice Bergeret effectué avec le souci de récupérer « nos vieux livres maristes sur la lecture, comme sur beaucoup d?autres sujets d?enseignement. » (p 71)

La circulaire du 11 novembre 1916 annonçait la 42e édition de ce texte important dont il ne restait que quelques rares exemplaires. « Jean-Baptiste Furet, premier historien de Marcellin Champagnat, précise bien que la méthode de lecture est un de trois éléments indissociables de la fidélité des premiers frères à leur vocation. » (p 70) La contribution du Frère Maurice créera sans doute un grand intérêt pour connaître un des documents pédagogiques les plus significatifs de nos origines. Une maison dédition sera peut-être intéressée à mettre à son catalogue cette ?uvre importante de lapport pédagogique des Maristes à léducation et lui donnera une place dans lhistoire de la pédagogie.

Une autre contribution pratique de ce numéro 22 est lindex de tous les articles parus dans les Cahiers maristes depuis leur origine en juin 1990.
Cahiers maristes n° 22

RETOUR

Assistant général durant le mandat du Frèr...

SUIVANT

Émerveillement pour la vie...