18/Mai/2022 BRéSIL

Un couple se joint comme volontaire à la Communauté LaValla200˃200 de Tabatinga

Un couple, formé de Laura Patricia de la Maza Borja et Marcio Sampaio de Paula, laïcs de la Province du Brésil Centre-Nord, font partie – depuis quelque jours – de la communauté internationale de Tabatinga, au Brésil, et qui relève du projet LaValla200˃. Le couple rejoint maintenant la communauté formée de Mayra Gutiérrez Márquez (Mexique) et du F. Luke Fong (Pacifique) pour les deux prochaines années.

Le couple vivait à Cajuri, dans l’état de Minas Gerais, et fut accompagné par l’équipe de Laïcs Maristes de la Province Mariste Centre-Nord. Afin de participer au projet LaValla200˃ et de se joindre à la communauté mixte de Tabatinga, Laura et Mario ont suivi une démarche préparatoire. Durant cinq jours, des frères et des laïcs de Manaus leur ont présenté les réalités de ce milieu. «  Une des grandes richesses de ce temps de formation dont nous avons profité fut la découverte de la spiritualité indigène. C’est une spiritualité qui fait partie de leur vie, et les manifestations religieuses transparaissent quotidiennement dans leurs actions. Cette relation constante de communion avec la Maison Commune et avec le créateur est d’une importance fondamentale », commente Laura (Lire plus).

Pour les deux membres de la communauté, accueillir ce couple est vécu comme une expérience enrichissante. « J’attends avec enthousiasme les nouvelles expériences et les nouveaux défis de pouvoir cheminer avec nos trois laïcs maristes cette année », affirme le F. Lucas. Et Mayra ajoute : « J’espère que leurs expériences de vie en mission viendront enrichir le projet de Tabatinga, mais surtout, je suis heureuse parce que leur arrivée apporte un vent de fraîcheur, de nouveauté, d’espérance ».

LaValla200˃ Tabatinga

La communauté internationale de Tabatinga est située à la frontière de trois pays : le Brésil, le Pérou et la Colombie, dans le vaste territoire de la zone amazonienne. On y trouve deux villes jumelles – Tabatinga (Brésil) et Leticia (Colombie) – qui se trouvent à 1000 km des villes les plus proches de leurs pays respectifs, mais sans routes. Elles sont donc passablement isolées. C’est une zone où vivaient déjà différents groupes indigènes de la forêt tropicale; c’est là qu’ont été établies les villes où l’on retrouve une population qui cherche à exploiter les richesses de l’Amazonie, et des gens qui, de leur côté, cherchent à les défendre contre l’exploitation. La communauté travaille à mettre sur pied un projet mariste avec et pour les enfants et les jeunes. Pour l’instant, on travaille avec différents groupes diocésains. La communauté vit dans une maison qui relève de la Province du Brésil Sud-Amazonie.

RETOUR

L’École Secondaire Mariste se joint au Ré...

SUIVANT

Les maristes de France célèbrent la mémoir...