18/Jul/2007 ESPAGNE

Un c?ur, une mission

Du 5 au 8 juillet, s?est tenue à Guardamar l?Assemblée européenne de Mission mariste. Cette rencontre a eu lieu après que chacune des cinq provinces maristes européennes ait eu sa propre assemblée provinciale. Cette étape continentale aura son aboutissement dans l?Assemblée Internationale de Mendes, au Brésil, au mois de septembre prochain.

Dans l?assistance à l?Assemblée de Guardamar on pouvait compter 112 maristes, frères et laïcs, provenant de plusieurs pays. La Province Compostela avait envoyé 22 représentants; celle de l?Europe Centre-Ouest, 13; Ibérica, 23; l?Hermitage 21; la Mediterránea, 22. À ces chiffres, il faut ajouter 5 traducteurs et 6 membres de la Maison générale, frères et laïcs.

L?ouverture de la rencontre fut proclamée par le Frère Joseph MacKee, Provincial de l?Europe Centre-Ouest et actuel président de la Conférence européenne mariste. Il souligna la nécessité de nous rencontrer en tant que continent et de réfléchir ensemble aux défis que nous avons devant nous et auxquels il faut répondre conformément au charisme de Marcellin Champagnat. Il rappela également l?appel du Frère Supérieur général : Faire connaître et aimer Jésus Christ. Il conclut son discours en demandant à tous un effort pour que l?assemblée apporte de nouvelles idées qui aident à concrétiser le rêve mariste dans l?Europe d?aujourd?hui.

Au cours de la rencontre, la méthode appliquée a été de préférence celle du partage, avec des échanges par groupes et des sessions plénières pour communiquer les idées et les expériences qui avaient surgi dans les différents groupes qui avaient été constitués. Le travail réalisé dans les cinq provinces se trouve reflété dans une synthèse des conclusions de chaque province, synthèse qui servit de point de départ des sessions, et qui était la réponse aux cinq questions suivantes que l?équipe de coordination avait posées :

– Comment Ă©vangĂ©liser les 80.000 enfants et jeunes que nous Ă©duquons en Europe?
– OĂą sont les enfants et les jeunes pauvres d?Europe aujourd?hui, et comment nous en approchons-nous?
– Quels aspects communs et spĂ©cifiques de la vocation mariste du frère et du laĂŻc devons-nous dĂ©couvrir et cultiver?
– De quelle formation avons-nous besoin comme frères et laĂŻcs d?Europe pour servir notre mission mariste ?
– Quel type de communautĂ©s maristes devons-nous dessiner et consolider pour promouvoir notre mission?

Le débat fut soutenu et ouvrit bien des perspectives. Les Frères Pau Fornells et Emili Turú contribuèrent à la réflexion par un dialogue où ils abordèrent en particulier la question de l?identité mariste.

Un des fruits de l?Assemblée est le document qui regroupe les 17 défis à relever :

1. Opter décisivement pour les enfants et les jeunes qui ont davantage de problèmes au sein de nos oeuvres éducatives formelles.

2. Engager les personnes de nos oeuvres Ă©ducatives formelles, de largent et des structures au service d?une oeuvre Ă  but social.

3. Promouvoir léducation en faveur de la justice et de la solidarité dans tous les milieux dans desquels nous sommes engagés.

4. Opter, au niveau provincial, pour une plus grande présence de frères et de laïcs dans des milieux de marginalisation.

5. Créer un réseau d?oeuvres et de projets sociaux maristes qui contribue, par le partage et la formation, à approfondir nos réponses aux enfants et aux jeunes les plus nécessiteux en Europe.

6. Être des témoins cohérents du message évangélique, aussi bien personnellement que communautairement, de telle façon que les oeuvres et les présences maristes soient profondément évangélisatrices.

7. Favoriser la vitalité des ?uvres et des présences avec l?existence de noyaux maristes (frères, laïcs, communautés), qui vivent et animent la mission avec profondeur.

8. Évaluer de façon systématique et profonde les projets et les processus de la pastorale des ?uvres maristes, en tenant compte de leur contexte et de leur réalité.

9. Intégrer les familles dans le processus de transmission de la foi.

10. Connaître et partager les expériences sur le travail pastoral et d?évangélisation existantes en Europe et qui puissent être valables pour les appliquer.

11. Avancer vers la coresponsabilité dans l?animation des ?uvres, qui marque un partage réel de la mission.

12. Créer des espaces de rencontre, au niveau local, provincial et de l?Institut, où les laïcs et les frères nous puissions partager ce que nous découvrons comme maristes.

13. Favoriser la formation de groupes maristes, basés sur le c?ur de Champagnat, qui soient proches aux personnes et aux réalités dans lesquelles ils sont insérés.

14. Susciter chez les frères et les laïcs le besoin d?une formation permanente qui les aide à se développer comme personnes et leur rende possible la dynamisation de divers processus.

15. Dessiner, au niveau provincial et interprovincial, des processus de formation conjointe et spécifique (frères et laïcs), qui aident à découvrir, croître et approfondir dans les dimensions humaine, chrétienne et mariste, en respectant les différences et la diversité.

16. Trouver un processus qui aide les laïcs à définir leur vocation et leur union avec l?Institut mariste. Avancer avec audace et espoir.

17. Faire connaître et promotionner la vocation mariste, de frères ou laïc/que, comme un chemin pour vivre pleinement la vocation chrétienne dans le monde aujourd?hui.

Ces trois jours de rencontre nous ont montré que les maristes d?Europe s?efforcent de raviver, avec amour et dévouement, l?idéal de Marcellin et de l?Évangile, sur le continent européen. Il y a beaucoup d?enthousiasme. En même temps, on constate qu?il est nécessaire d?agir avec audace. On a pu aussi remarquer la joie de la rencontre et du partage dans le chemin parcouru. Maintenant, la parole est à Mendes, où l?Europe enverra une délégation de 14 personnes, frères et laïcs.

RETOUR

Conférence Européenne Mariste...

SUIVANT

Nouvelle statue de Saint Marcellin...