07/Apr/2009 MAISON GéNéRALE

Une plongée dans la sainteté de Marcellin

Beaucoup de ce qui est dit dans cette réflexion montre à l?évidence qu?une canonisation est l?occasion pour une plongée dans la sainteté de celui qui est canonisé, pour nous, Marcellin Champagnat. À travers la vie du saint nous est dit quelle forte amitié peut être tissée entre Dieu et l?homme. Une canonisation nous donne comme une leçon pratique de sainteté, mais avec sympathie, avec fierté, car le saint est notre Fondateur, notre Père. C?est une leçon joyeuse.

Disons aussi que Jean Paul II a été le pape aux nombreuses canonisations – plus de 400 – et béatifications – plus de 1800. Il voulait nous dire que la sainteté est possible, que les saints vivent parmi nous, que l?Esprit du Seigneur est à l??uvre et réussit souvent.

Et aussi que les saints sont des personnes sympathiques. Benoit XVI, dans une de ses audiences, a dit que « les saints sont comme des vitraux vus de l?intérieur quand le soleil les pénètre de toute sa splendeur. » Très semblable est la définition qu?un jeune a candidement donné du saint : « Un saint c?est quelqu?un qui laisse passer la lumière » (Fr. Gabriel Bolduc, Ensemble, 3 juin 1999).

Lors de la messe d?action de grâce, du 19 avril 1999, F. Benito rappelait comment Marcellin voyait les saints : « Un saint? c?est comme un livre ouvert où les savants comme les ignorants peuvent lire tout ce qu?ils ont à faire pour parvenir au salut ». Et le Supérieur général continuait : « Il nous revient à nous, Maristes du monde entier, de contempler ce modèle pour incarner son esprit et actualiser son charisme. ».

Le Fr. Laurent Potvin rappelle une autre vue du Père Champagnat sur les saints : « Qu?est-ce qu?un saint ? Marcellin a répondu à cette question un jour à ses Frères qui la lui posaient : « Un saint c?est une lumière et un soleil ; il éclaire et vivifie tous ceux qui l?entourent ! »? L?exemple de Marcellin Champagnat nous éclaire, nous réchauffe le c?ur. Nous en sommes persuadés : un saint c?est bien un homme-lumière. ( Ensemble 8 juin 99).

Le 18 avril 1999, dans la cathédrale de Nairobi, le nonce apostolique, son Excellence Monseigneur Giovanni Tonucci, a surpris les jeunes frères du MIC et les amis venus se réjouir avec nous : « Dans sa vie Marcellin s?est distingué par deux caractéristiques : des mains fortes et un c?ur tendre. Oui, des mains fortes et calleuses, habituées au travail manuel? Marcellin n?a pas hésité à se mettre lui et ses jeunes frères dans la construction de l?Hermitage et dans tous les travaux de maintenance nécessaires pour les bâtiments, les outils, la terre… Mais ceci allait de pair avec un c?ur tendre, envers les frères d?abord avec qui il vivait, puis envers tous ceux qui venaient à lui. Champagnat était exigeant, mais il tempérait ses demandes par la tendresse de son c?ur, son caractère joyeux, sa sérénité à juger les autres, sa promptitude à accueillir ceux qui auraient pu s?écarter. Il savait comprendre ».

______________
H. Giovanni Bigotto

Marcellin est présent
L?événement de la Canonisation

RETOUR

L?événement de la Canonisation...

SUIVANT

Bureau International Catholique de l?Enfance ...