2021-09-09 SPAIN

Manel Andreva Alegre

Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Manel ANDREVA ALEGRE décédé le jeudi 9 septembre 2021, à l’âge de 83 ans, dont 64 ans de profession religieuse.

Le Frère Provincial des Frères Maristes, les Frères de la Province L’Hermitage, la communauté de Mataró, sa famille et ses amis, vous invitent à les rejoindre par la prière.

Ses funérailles seront célébrées le vendredi 10 septembre, à 17h00, au Monastère de Les Avellanes. Elles seront suivies de l’inhumation au cimetière.

___________

Le village de Llessui est situé dans la région du Pallars Sobirà, dans les Pyrénées catalanes, à 1 417,3 mètres d’altitude. Dans ce lieu montagneux, le 29 mai 1938, toujours en pleine Guerre Civile, le couple Josep et Jacinta reçoit avec joie un nouveau fils, qui est appelé Manel. Dès son plus jeune âge, il voit son père travailler comme agriculteur. À treize ans, il entre au séminaire des Avellanes pour suivre les étapes de formation : juvénat, postulat et noviciat, jusqu’à sa première profession religieuse. Il achève ensuite son parcours de formation à Vic, comme scolastique. Ses placements, en règle générale, se caractérisent par de longs séjours de dévouement et de service, en particulier dans le domaine de l’économat. Il obtient le titre de professeur. Il débute à Vic en travaillant comme tailleur. À cette époque, en 1960, c’est la Province qui fournit les habits aux Frères. Depuis 1963, pendant 14 ans, Llinars del Vallès est le cadre où il remplit les fonctions de formateur puis d’économe. En 1973, pendant six mois, il participe au cours de formation mariste à El Escorial. Durant les 7 années suivantes, à l’école Valldemia de Mataró, il assume la responsabilité d’économe, tâche qu’il accomplit ensuite pendant 12 années consécutives à l’école La Immaculada de Gérone. Puis il est économe de communauté à Llavaneres et Les Avellanes où il prend sa retraite.

En 2019, il participe à un cours du troisième âge à Rome. Depuis quelques années, il était membre de la communauté de Mataró où ses yeux se sont ouverts à la lumière du ciel.

Frère Manel agissait souvent discrètement, faisant bouger les choses sans prétendre à aucune reconnaissance. D’une part, c’était un travailleur acharné, dévoué à son travail, une personne organisée, propre et polie avec un sens de l’ordre. D’autre part, il vivait ses responsabilités et ses services avec une grande implication émotionnelle. Comme l’écrit la poétesse Joana Raspall : « L’amour peut se dire avec le regard. » Ce fond de spiritualité, en communion avec les premiers Frères Maristes qui ont fait de leur vie un service de la communauté, était imprégné de profonds sentiments. Sa mission comme économe dans les écoles, il l’a exercée en laissant une marque indélébile d’attention à autrui et de bon souvenir, tant chez les enseignants que parmi les parents d’élèves. L’accompagnement de l’un ou l’autre Frère en fauteuil roulant, avec un grand dévouement, reflétait sa vie engagée : c’était l’une de ses caractéristiques les plus authentiques. Durant ses dernières années, son itinéraire spirituel combinait son monde intérieur, en quête de paix et de sérénité, avec des problèmes de santé qui l’ont souvent accompagné. Le langage de la maladie est souvent mystérieux, mais c’est aussi un moyen privilégié pour entendre la voix de Dieu et saisir son amour. Sa mort est intervenue entre deux fêtes de la Vierge : la naissance (8 septembre) et le doux nom de Marie (12 septembre).

 

PREV

Gilles Paquette...

NEXT

Franco Villares Auxibio...