02/Dec/2009 ESPAGNE

Les maristes et les Droits des enfants

« Ce matin à l?aube de notre XXIe Chapitre général, je nous invite tous à emprunter les yeux d?un enfant pauvre. » Ces mots ont été prononcés dans la salle capitulaire par le frère Seán Sammon, encore Supérieur général. Cétait un message adressé à tous les Maristes du monde, frères et laïcs. Aujourdhui, 20 novembre 2009, après avoir fêté la Convention des Droits des enfants, nous sommes appelés, dune manière très spéciale, à regarder le monde avec les yeux dun enfant pauvre et à découvrir dans son regard, la grandeur de la vie, la bonté, la tendresse, les rêves pour grandir et pour marcher, pour vivre une enfance heureuse.

Mais les yeux des enfants, surtout des pauvres, sont aussi témoins de légoïsme et de la méchanceté, des abus et de lexploitation, en définitive de la violation des droits des personnes et dune manière plus concrète des droits des enfants. Cest pourquoi, aujourdhui, les Maristes de Catalogne, enfants et jeunes, en commémorant le 20e anniversaire de la Convention des droits des Enfants, veulent manifester leur engagement concret de travailler pour la justice et la défense des Droits des enfants.

Le frère Emili Turú, nouveau Supérieur général, dans son discours de clôture du XXIe Chapitre général, exprimait son désir que les Maristes « deviennent experts dans la défense des droits des enfants et des jeunes. Que dans huit ans, quand nous regarderons en arrière, nous puissions dire que lInstitut a fait des pas très significatifs dans cette direction. » Cest un défi que nous voulons relever.

Aujourdhui dans un acte institutionnel, quelques enfants liront un manifeste, fruit de la réflexion et de lengagement délèves et de professeurs des écoles et des ?uvres sociales. Les voix des enfants maristes se mêleront aux voix des enfants et des jeunes du monde. Ensuite nous proposerons le manifeste afin que les Maristes manifestent leur volonté de nous rejoindre afin de construire un monde plus juste et plus humain pour les enfants.

MANIFESTE POUR LA DÉFENSE DES DROITS DES ENFANTS

« Le 20 novembre 1989, lAssemblée générale des Nations Unies a approuvé la Convention sur les Droits de lEnfant. À loccasion du vingtième anniversaire de cette Convention, nous, enfants et jeunes des ?uvres Éducatives Maristes de Catalogne, avons étudié les droits et les devoirs des enfants. Nous lavons fait dans nos centres éducatifs, avec les camarades de classe, avec les éducateurs et éducatrices. Et maintenant, dans chaque site, il y aura une célébration spéciale et un souvenir, parce que vingt ans plus tard, même si lon a bien fait avancer les choses, il y a encore des millions de garçons et de filles qui ne peuvent pas pleinement jouir de leurs droits et même nous sommes en présence de nouvelles formes de violation de ces droits.

Comme représentants de nos camarades, nous nous ne sommes pas seulement réunis pour fêter lanniversaire de la Convention, mais aussi pour élever la voix, pour que tous les enfants du monde aient une voix, un visage et un nom, pour que tous puissent vivre et grandir dignement.
Bien que tous les enfants aient les mêmes droits, nous sommes conscients que ceux de bien des enfants du monde entier se trouvent transgressés et que les gouvernements et la société en général ne font pas tous les efforts nécessaires pour changer cette situation.

Cest une chance davoir une famille qui nous aime, de recevoir une éducation, dêtre entouré de gens en qui nous pouvons avoir confiance et damis qui nous aident, davoir une assistance médicale, de la nourriture et une maison. Bien dautres enfants ne peuvent pas en dire autant. Pour cela, nous voulons remercier tous ceux qui se préoccupent de nous et qui nous aident pour que les droits des enfants soient respectés.

Il reste encore beaucoup à faire et nous demandons lengagement de toute la société. Pour ces raisons, nous lançons le manifeste suivant :

? Nous pensons que les enfants ont droit à une éducation gratuite. Tous les enfants doivent apprendre à lire et à écrire et avoir un avenir digne à égalité de chances. Il y a beaucoup denfants qui travaillent et qui sont exploités au lieu daller à lécole.

? Nous pensons que les enfants ont droit à être traités de la même manière. Tout le monde doit être respecté, quelle que soit son origine, son sexe, sa langue, sa religion, sa position économique, ses conditions physiques ou mentales.

? Nous pensons que les enfants ont droit de recevoir lamour et la compréhension et dy répondre.

? Nous pensons que les enfants ont le droit dêtre protégés contre toute sorte de mauvais traitements. Ils ont le droit à la vie et au développement.

? Nous pensons que les enfants ont droit à être nourris et vêtus pour ne pas souffrir de malnutrition et ne pas tomber malades. Ils ont droit à une bonne hygiène et à une bonne santé.

? Nous pensons que les enfants ont le droit de choisir, de sexprimer et dêtre écoutés sans que personne ne prenne des mesures contre eux.

? Nous pensons que les enfants ont droit à lintimité, à leur propre famille, à vivre en marge des intérêts médiatiques ou économiques.

? Nous pensons que, devant les situations qui ont nui à leur situation familiale, les enfants ont droit à être aidés, à avoir une protection et une assistance et, si cela se produisait, un tuteur légal qui les accompagne pour tout ce dont ils ont besoin.

? Nous pensons quaucun enfant ne doit être exploité.

? Nous pensons que les enfants ont le droit de vivre et de profiter de leur enfance. Ils ont le droit Ă  ce quon ne leur vole pas leur enfance.

Nous voulons aller plus loin que notre environnement le plus proche et manifester dune manière spéciale notre rejet ferme de toutes les situations que des millions denfants vivent quand leur condition humaine est transgressée. Nous rejetons particulièrement la guerre et ses séquelles, lexploitation du travail et l?exploitation sexuelle, la marginalisation à cause des incapacités physiques ou psychiques, le trafic denfants et leur mort dans les réseaux de prostitution, la mutilation et le trafic dorganes, lesclavage. Nous nacceptons pas que les enfants soient instruits dans la guerre, qu?ils tuent, ou quils deviennent des soldats. Nous nacceptons pas que les enfants soient incités à la haine et à la violence. Nous nous unissons à tous les enfants anonymes qui sont passés par ce monde sans avoir reçu damour ni de protection.

Par ce manifeste, nous voulons donner un souffle despoir à tous ces enfants qui voient leurs droits ou leur personne bafoués. Nous pensons quil est très important de les garantir et, pour cela, nous demandons que tous les pays sengagent, quils acceptent et respectent les droits des enfants. Que les familles, les centres éducatifs, les législateurs, les institutions et la société en général reconnaissent que les enfants sont des personnes ayant des droits et des devoirs, quon doit respecter et soigner et quils ont le droit dêtre des enfants et de se comporter ainsi.

Nous nous efforcerons de respecter et daider les autres, de résoudre les conflits grâce au dialogue, de prendre soin de la nature, destimer la liberté, de ne pas gaspiller la nourriture, de rendre heureux celui qui est à nos côtés.
En définitive, nous nous engageons à construire un monde meilleur pour tous.
Un bon présent pour les enfants est un bon avenir pour la société.

________________
Enfants et jeunes des ?uvres Éducatives Maristes.
Barcelone, le 20 novembre 2009.

RETOUR

Une expérience à partir du document « Auto...

SUIVANT

Nos Premiers Frères, merveilleux compagnons ...