Lettres de Marcellin 331

Marcellin Champagnat

1840-04-14

Non seulement les paroisses des campagnes; mais aussi celles des villes sadressent au Père Champagnat qui se voit obligé de faire presque invariablement la même réponse. Certes les demandes sont différentes: certains curés demandent les Frères presque en dernier lieu, quand tout le reste est prêt pour ouvrir lécole, dautres, comme cest ici le cas, font la demande au début pour savoir sil sera possible dobtenir des Frères et dans quelles conditions. Dans ce cas le délai sera moins gênant car il permet de préparer laccueil des Frères. Malgré cela Tournus ne sera jamais du nombre de nos établissements.

Monsieur le Curé,

Je me joins bien volontiers à votre très digne Evêque pour applaudir aux pieux projet que vous avez conçu de former un établissement de Frères dans votre paroisse. Je voudrais bien pouvoir remplir tout de suite la demande que vous me faites par votre lettre du trois de ce mois, mais les engagementes que nous avons pris depuis longtemps avec plusieurs communes ne nous permettent pas de seconder vos désirs pour le moment. Ce délai pourra vous fournir peut être le moyen de trouver un local convenable pour votre école, car il est contre nos usages que nos Frères soient logés au presbytère

Le traitement de deux frères est fixe à une somme annuelle de mille francs. Si vous pouviez déterminer votre conseil municipal à entrer dans cette oeuvre, elle en irait beaucoup mieux. Avec les ressources que vous nous annoncez et le traitement ordinaire des communes, vous pourriez avoir trois frères.

Jai lhonneur dêtre etc… Monsieur le Curé…

[CHAMPAGANT]

Édition: Lettres de Marcellin J. B. Champagnat (1789-1840) Fondateur de l?Institut des Frères Maristes, présentés par Frère Paul Sester. Rome, Casa Generalizia dei Fratelli Maristi, 1985.

fonte: Daprès la minute, AFM, RCLA 1, p. 182, nº 227

RETOUR

Lettres de Marcellin 330...

SUIVANT

Lettres de Marcellin 333...