21/Mai/2022 MAISON GéNéRALE

21 mai – Journée Mondiale de la Diversité Culturelle par le Dialogue et le Développement

Parler de diversité culturelle, c’est parler d’une réalité. Parler d’une réalité, c’est parler d’éléments concrets, de relations, d’interconnexions, de moments de rencontre et d’éloignement. Nous ne pouvons pas tomber dans la tentation de rester dans une mentalité toute faite, dans un concept théorique. La culture nous permet d’exprimer qui nous sommes, nous aide à manifester le meilleur de nous-mêmes et des autres, nous offre un refuge où nous pouvons nous reposer, et nous ouvre à une relation avec celui qui est différent. Une culture qui s’exprime dans l’art, la littérature, le cinéma, la musique, le langage et aussi dans la religion.

 Au fil des mois qu’a duré la pandémie, nous avons vu des milliers d’événements culturels annulés, des centaines de rencontres où partager la richesse culturelle; nous avons vu comment sont restés déserts les principaux lieux culturels et historiques. Ce sont là quelques exemples qui illustrent comment notre vie quotidienne s’en est trouvée affectée. Comme êtres humains, nous sommes dialogue, nous sommes relation : nous avons besoin de rencontrer, de partager avec les autres, de témoigner qui et comment nous sommes. C’est pourquoi notre vie en a été affectée, nos relations ont perdu de leur richesse, plusieurs secteurs économiques ont également perdu leur dynamisme. Cette situation a aussi agi négativement sur le développement de certains groupes sociaux, sur des personnes et des communautés.

La richesse de la diversité culturelle est reconnue, par les Nations Unies, depuis l’année 2002. Depuis lors, en lui consacrant cette journée, on nous invite à approfondir les valeurs les plus importantes qui se trouvent derrière la diversité culturelle. Les Nations Unies veulent sensibiliser à l’importance du dialogue; elles veulent que chaque personne puisse s’engager en posant des gestes réels et quotidiens, en éliminant les possibles prises de position de pouvoir de certains groupes/cultures sur les autres.

Maristes, constructeurs de ponts

Nous aussi, comme Maristes de Champagnat, nous nous unissons à ce mouvement qui cherche à mettre en valeur la diversité et la richesse de chacune des cultures et leurs manifestations culturelles. Dans un certain sens, Marcellin fut, lui aussi, prophète quand il nous disait « tous les diocèses du monde entrent dans nos vues ». Également, le XXIIe Chapitre général nous rappelait l’importance de promouvoir la vie « dans toute sa diversité » (1er appel). Qu’est-ce que cela veut dire sinon que d’être des bâtisseurs de ponts? Comment pouvons-nous cheminer avec les enfants et les jeunes marginaux de la vie si nous ne sommes pas capables de nous ouvrir à leur réalité, à les comprendre à partir de leur propre monde culturel? Si nous tombons dans la tentation de vouloir nous faire proches des jeunes de façon paternaliste, nous ne nous rapprocherons vraiment pas de leur propre réalité, de leur propre façon de comprendre la vie et de la vivre.

Durant cette journée, nous voulons nous inviter à prendre conscience de tout le positif qu’apportent la diversité et le dialogue. Nous voulons laisser derrière nous les stéréotypes et les préjugés qui mènent à l’exclusion de ce qui est différent. Comme Maristes, nous avons l’immense avantage de vivre et d’éduquer des milliers de garçons et de filles, d’adolescents et d’adolescentes, et de jeunes afin que l’affirmation de leur propre culture ne signifie pas le rejet de ce qui est différent, mais qu’ils puissent (et que nous puissions) découvrir la richesse que nous apportent d’autres façons de comprendre la vie.

Rappelons-nous ce qu’affirmait aussi le Chapitre général : « L’interdépendance… doit être la nouvelles normalité pour nous. Nous serons les témoins de l’unité et de l’espérance ». La géographie émotionnelle nous invite précisément à découvrir et à valoriser l’autre en l’appréciant avec empathie; elle nous permet de nous rapprocher grâce à une relation plus fraternelle, elle nous pousse à devenir vraiment une famille globale. Quand, avec émotion, nous entrons en relation avec l’autre, y compris dans les coins les plus reculés du monde, nous sentons l’autre comme un frère, une sœur, et nous le vivons ainsi.

La diversité culturelle nous « oblige » à nous ouvrir à l’autre, à ce qui est différent, à ce qui est distinct, à une autre façon de penser, d’agir et de vivre. La diversité culturelle nous « oblige » au dialogue. Oseras-tu entreprendre cette route vers la diversité culturelle? Oseras-tu te laisser interpeler par l’autre? Oseras-tu sortir de « ta zone de confort »?

———————

F. Ángel Diego – Directeur du Secrétariat de Solidarité.

RETOUR

Frères et Laïcs Maristes de la Maison Gén...

SUIVANT

22 mai : Journée Internationale de la Biodiv...