07/Avr/2021 RWANDA

7 avril : Journée internationale de réflexion sur le génocide rwandais

Chaque année, le 7 avril, on commémore la Journée internationale de réflexion sur le génocide rwandais, qui a eu lieu principalement en 1994. Un conflit de guerre, un drame humain, dans lequel des centaines de milliers de personnes ont trouvé la mort. Nous ne voulons pas entrer dans les causes de ce terrible événement déjà tristement marqué, et pour toujours, dans le calendrier de l’histoire.

Nous voulons nous engager, comme Maristes de Champagnat, dans la lutte pour que ce type de situation ne se reproduise plus jamais. Nous nous associons aux efforts de l’UNESCO, et d’autres groupes, pour faire de l’éducation une force de changement, afin que l’éducation nous rappelle les événements passés et nous prépare à aborder l’avenir dans la paix, la fraternité universelle et l’égale dignité des personnes. Nous offrons nos œuvres éducatives pour qu’elles soient des foyers de lumière qui soignent la vie et génèrent une vie nouvelle. Nous offrons nos centres pour que plus jamais l’obscurité ne prenne possession de l’être humain. Nous ne pouvons pas offrir de grandes résolutions qui empêcheront les conflits existants, mais nous pouvons semer de petites graines de paix qui deviendront, comme la graine de moutarde de l’Évangile, des oasis de fraternité universelle dans les sociétés où nous sommes présents.

Nous savons tous que le génocide se réfère à « l’anéantissement ou l’extermination d’un groupe de personnes en raison de toute sorte de différences ». Malheureusement, c’est un fait qui s’est répété tout au long de l’histoire, dans différentes cultures, moments historiques et sociétés.

Dans ce sens, nous voulons nous joindre au discours d’António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, lorsqu’il a dit :  » Ce n’est qu’en reconnaissant que nous sommes tous une famille humaine, partageant la même planète, que nous pourrons relever les nombreux défis mondiaux qui nous attendent, de la maladie du coronavirus au changement climatique « .

Un groupe de Frères Maristes a voulu répondre à l’appel des plus pauvres, des exclus, de ceux dont la vie semblait avoir perdu toute valeur. D’abord six frères rwandais, puis quatre frères espagnols. Un groupe de frères qui ont donné leur vie par amour (pour Dieu et pour les plus pauvres des pauvres). Nous connaissons tous les noms des 4 frères qui sont venus de l’étranger et qui y sont restés : Miguel Ángel, Servando, Fernando et Julio. Ils y ont laissé leur vie le 31 octobre 1996. Ils y ont donné leur vie, jusqu’à la fin. Nos 4 frères ont pris en charge des milliers de réfugiés qui vivaient, passaient, fuyaient le génocide rwandais, et qui se sont installés dans le camp de Nyamirangwe, à Bugobe.

Il nous appartient aujourd’hui de continuer à prendre soin de la vie, de continuer à générer la vie parmi les plus vulnérables de ce monde. Mais c’est aussi à nous de continuer à semer des graines d’espoir, de paix et d’amour parmi les milliers d’enfants dont nous nous occupons chaque jour. Leonardo Boff, dans un webinaire du 16 mars, nous a dit qu’en tant qu’éducateurs nous avons une grande responsabilité, car « l’éducation ne change pas le monde, mais l’éducation change les personnes qui vont changer le monde ».

Nous terminons notre réflexion avec quelques mots du Pape François (Fratelli Tutti 11), qui nous invitent à continuer à travailler, chaque jour, parce que « le bien, ainsi que l’amour, la justice et la solidarité, ne sont pas atteints une fois pour toutes ; ils doivent être conquis chaque jour« .

______________

Fr. Ángel Diego – Directeur du Secrétariat de Solidarité

RETOUR

Convocation au Forum International sur la Voc...

SUIVANT

Rencontre des animateurs et des conseillers d...