06/Août/2020 LIBAN

Explosion à Beyrouth : le drame continue, mais l’espérance ne meurt pas

L’explosion qui a eu lieu à Beyrouth le 4 août et qui a fait des centaines de morts et des milliers de blessés, a secoué le pays et a fait éclater le système sanitaire, éducatif et social déjà très fragile. Le Liban compte environ 6 millions d’habitants dont plus de 1,5 million sont des personnes déplacées de Syrie, d’Irak, de Palestine et d’Éthiopie. Dans ce contexte, la tragédie de mardi dernier accentue une situation déjà dramatique, étant donné que le pays – depuis un long moment – lutte contre une crise économique, des révoltes sociales; il fait face également, depuis quelques mois, à la pandémie de la COVID-19.

Les Frères Maristes sont présents au Liban dans ceux centres éducatifs, le « Collège Mariste de Champville » et « Notre-Dame de Lourdes », à Jbail. On les retrouve également engagés dans le Projet Fratelli, en collaboration avec les Frères de La Salle. Suite à l’explosion, les œuvres Maristes n’ont pas subi de graves dommages ou des pertes en général.

Nous sommes solidaires avec nos Frères de La Salle, à Beyrouth, dont les écoles ont subi de graves dommages (portes, vitres, fenêtres, meubles détruits) à cause de la violence de l’explosion, surtout le Collège Sacré-Cœur – Frères Gemmayze.

Quel est le paysage dans lequel vit le Liban actuellement?

La crise sociale et économique : Selon les statistiques, presque la moitié des quatre millions de Libanais vivent dans la pauvreté, et 35% de la population active est sans emploi. Depuis le 17 octobre 2019 se sont succédé, dans le pays, des révoltes sociales, des revendications, entraînant un changement de gouvernement, au milieu de l’instabilité et dans une situation d’ensemble toujours plus pauvre. Selon la presse locale, ces derniers mois, des milliers de Libanais ont été mis en chômage ou ont subi des baisses de salaires. La monnaie libanaise a été dévaluée, diminuant le pouvoir d’achat de la population. Les épargnants n’ont pas libre accès à leur argent, car les banques ont imposé des restrictions sur les retraits et les transferts à l’étranger en raison de la rareté du dollar.

La pandémie de la COVID-19 : Depuis mars, le coronavirus s’est ajouté à la difficile situation socio-économique. Comme dans la majorité des pays, l’État a imposé le confinement des citoyens pour prévenir et contenir la pandémie. Les différentes activités ont été suspendues, entre autres celles touchant les écoles et les œuvres socio-éducatives. Dans ce contexte, le Projet Fratelli se conforme aux mesures proposées par le gouvernement et prend les moyens nécessaires pour poursuivre le travail et le contact avec les bénéficiaires, surtout les enfants et les jeunes migrants. En plus des activités en ligne, le projet soutient également des programmes d’aide humanitaire.

Projet Fratelli

Le Projet Fratelli n’a pas subi de lourds dommages. Seul « Fratelli Bourj Hammoud », situé à quelques kilomètres du lieu de l’explosion, a subi de légers dommages matériels. Selon le témoignage du frère Miquel Cubeles : « Ces jours-ci, nous tenons les camps d’été avec les enfants et, par chance, hier, quand s’est produite l’explosion, il n’y avait personne, étant donné qu’ils étaient sortis : les vitres, les fenêtres et les portes ont été soufflées et le centre a été très touché. Nous n’avons pas pu, aujourd’hui, reprendre l’activité ». Devant la situation, les activités ont été suspendues à Fratelli Rmeileh, Sidon. « On a décrété trois jours de deuil officiel, et de plus, une nouvelle période de confinement a été imposée, car les cas de coronavirus continuent d’augmenter » a mentionné le F. Miquel.

L’espérance ne meurt pas

Malgré la situation difficile, nous sommes solidaires du peuple libanais et des migrants accueillis dans ce pays. C’est le moment de faire preuve de résilience et de commencer la reconstruction.

Le Projet Fratelli, qui compte 5 ans de présence au Liban, travaille chaque jour pour aider les personnes en situations de vulnérabilité et cherche à apporter des réponses neuves aux nouveaux défis qui se présentent en ces moments-ci. D’ici quelque temps, le Projet Fratelli espère accueillir plus de mille enfants et adolescents, tant à Bourj-Hammud qu’à Rmeilh.

Dans un communiqué, les Maristes du Liban (Province Mediterránea), en solidarité avec les personnes touchées par l’explosion dans le port de Beyrouth, ont mis les salles de classes de leurs écoles au service des familles qui ont perdu leur maison et qui ont besoin d’un endroit où se loger.

RETOUR

Les frères étudiants du MIC et du MIUC cont...

SUIVANT

F. Orlando Escobar nommé Provincial de Noran...